slogan
Espace membre

La Valorisation des Filières Courtes

Premières pistes de réflexion...

En faisant de l’insertion professionnelle une mission essentielle de l’Université et un pilier de son « Plan Licence », l’ancienne Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, appelait de fait à une meilleure considération des enseignements professionnalisant. Ceux-ci souffrent en France d’une image négative, et ce dès le collège. L’Université, malgré la création des IUT et leur succès, refuse toujours d’en faire un axe prioritaire à l’intérieur de ses parcours.

Valoriser les filières courtes, c’est tout d’abord les mettre en avant. Si l’échec dans les premières années de licence à l’Université atteint les 50%, c’est en grande partie à cause d’une orientationa minima et d’un décalage abyssal entre le contenu des cours et les attentes des étudiants. Développer, multiplier et mettre en valeur des filières courtes et professionnalisantes, ce serait donc déjà réconcilier l’Université avec un public dont les espoirs ne se déclinent pas en doctorat, agrégation et recherche fondamentale. Ce serait ainsi mettre fin au gaspillage de temps et d’argent que représente l’échec massif à l’Université.

Valoriser les filières courtes, ce serait aussi augmenter leur valeur. Les parcours courts et appliqués ne doivent plus servir de pis-aller pour des étudiants exclus du système sélectif républicain (Grandes Ecoles et, à un autre niveau, IUT). Excellence universitaire peut rimer avec professionnalisation. Certes, l’Université se doit de former des individus, et non de produire en batterie de futurs employés plus ou moins adaptables aux contraintes économiques de leur temps. Mais ce n’est pas incompatible avec l’idée de filières courtes. L’intégration de cours plus généraux, s’ils sont adaptés au public, et des liens étroits avec la recherche fondamentale peuvent être les moyens de leur revalorisation, et mener au master ou doctorat des étudiants qui n’y auraient pas pensé. Les filières courtes sont aujourd’hui un devoir et une chance pour les universités.

Si vous souhaitez participer à cette réflexion et y apporter votre contribution, n’hésitez pas à nous contacter: contact@revolutioneducative.com

Sondage

Que pensez-vous de la refondation pour l'école ?

Très bien
Bien
Moyen
Mauvais

Réseaux sociaux

Suivez-nous sur :

FacebookTwitter