slogan
Espace membre

La Réforme des Masters

Premières pistes de réflexion...

Depuis 1999 et la mise en place du Processus de Bologne, l’Union Européenne essaie de constituer un espace universitaire commun. Pour lutter contre le danger de décrochage de l’enseignement et de la recherche européens, il apparaissait comme nécessaire de favoriser les échanges entre les différents pays et d’apparaître comme une communauté scientifique et pédagogique homogène. Le passage à un cursus unique Licence-Master-Doctorat (3-5-8) devait être un pilier de ce nouveau système en facilitant la mobilité étudiante et en renforçant la lisibilité des diplômes européens.

La réforme des masters découle directement de cette réforme globale, et a suscité en France quelques résistances, de la part de professeurs comme d’étudiants. La création d’un diplôme de master supposait en effet la disparition de la maîtrise, diplôme reconnu des universitaires et des professionnels, et donc, pour les étudiants, l’allongement d’un an de cursus parfois difficiles à financer. Par ailleurs, la réforme remet en cause l’existence des concours de recrutement (CAPES et agrégation), spécificité française qui ne s’intègre que très difficilement aux normes du LMD.

Attention pourtant à ne pas réduire la « mastérisation » à une réforme cosmétique. Elle représente une chanceinédite de moderniser l’enseignement supérieur européen, puisqu’elle fait du Masterun label reconnaissable. Pour une université, développer des masters performants, c’est assurer une formation reconnue à ses étudiants, et c’est surtout la possibilité de mettre en valeur les domaines où elle se situe particulièrement en pointe.

 

L’apparition de masters est donc un élément central de la modernisation universitaire : elle suppose une valorisation accrue des compétences, mais aussi une concurrence et une hiérarchisation plus forte entre universités. Ce sont ces chances, mais aussi ces risques qu’il faut analyser de près.

 

Si vous souhaitez participer à cette réflexion et y apporter votre contribution, n’hésitez pas à nous contacter: contact@revolutioneducative.com

Sondage

Que pensez-vous de la refondation pour l'école ?

Très bien
Bien
Moyen
Mauvais

Réseaux sociaux

Suivez-nous sur :

FacebookTwitter